Le jour où Cupidon a décoché des pièces

Le 14 février 1966, l’Australie change sa monnaie. Bye-bye la Livre Sterling duodécimale, welcome dans l’ère du système décimal!

Boomer, Roo, Digger, Oz, Austral, Kanga, Dinkum, le Ming ou le Royal, quel sera son nouveau nom?

Héritage du régime impérialiste, la Livre australienne, comme la Livre britannique, était divisée en 20 shillings, qui à leur tour comprenaient 12 pences chacun.

Capture d’écran du site mathématiques faciles.

Bonjour le mal de tête pour un simple achat de fruits et légumes… chaque course devient un problème de math pour écolier: Si Pierre achète quatre livres de pommes de terre qui coûtent 3 shillings et 11 pences par livre, aura-t-il assez avec les 16 shillings qui lui restent? Sans compter que Pierre, en bon Vaudois qui s’ennuie de sa terre natale, aimerait peut-être aussi acheter des poireaux pour préparer un bon papet…

Bref, Pierre n’est pas le seul à soupirer à chaque fois qu’il se rend chez le maraîcher. La place économique australienne ronchonne depuis de nombreuses années car la plupart des pays du monde ont déjà adopté un système décimal afin de faciliter et d’accélérer les transactions financières.

Coquetterie britannique

Mais le poids des traditions, la fierté et l’attachement à la royauté britannique pèsent lourd dans la balance. Il faudra plus de soixante ans à l’Australie avant de se lancer: le sujet fait déjà partie de l’ordre du jour lors de la première assemblée parlementaire du pays en tant que tel en 1901 et revient régulièrement sur le tapis au cours du XXe siècle. Mais rien n’aboutit.

En avril 1963, le ministre du Trésor (M. Holt) annonce enfin la décision du gouvernement d’adopter un système décimal. (Victor Harbour Times, 11 juin 1965)

A cette époque, d’autres anciennes colonies britanniques ont déjà fait le pas: les États-Unis depuis 1792, le Canada dans les années 1850, la république sud-africaine en 1961 tandis que la Nouvelle-Zélande le planifie pour 1967. Londres, elle, persiste encore quelques mois. La nation-mère y voit une sorte de coquetterie, une différence à choyer mais finit par abdiquer et abandonne définitivement son système duodécimal, peu de temps après en 1971. Elle conserve quand même sa Livre Sterling!

: Un tollé royal

En Australie, on décide officiellement de changer de base en 1963 et on fixe son implémentation au 14 février 1966, le temps de discuter des détails, dont le nom justement. Le gouvernement de l’époque et son premier ministre Robert Menzies appellent leurs compatriotes à faire part de leurs idées: Boomer, Roo, Digger, Oz, Austral, Kanga, Dinkum, le Ming ou le Royal sont soumis à discussion. Mais c’est surtout ce dernier nom qui retient l’attention du gouvernement. Si Robert Menzies est prêt à se séparer de la Livre Sterling, ce royaliste convaincu souhaite tout de même montrer son attachement à Londres.

Tollé général ou plutôt royal!

Le premier ministre est raillé, critiqué et caricaturé dans la presse tandis que son ministre des finances Harold Holt reçoit des lettres de menace.

12 juin 1963 dans la Tribune (Sydney)

La toute jeune nation – 26 janvier 1901 – veut profiter de ce changement pour affirmer encore un peu davantage son indépendance. Face à la grogne populaire, le gouvernement se voit contraint de faire marche arrière. Il finit par opter pour le Dollar, gage de stabilité et de sérieux face à des noms qui certes reflètent l’identité australienne, mais risquent de perdre en crédibilité sur la scène internationale.

Le choix du nouveau nom répond à la préférence clairement affichée d’une «majorité substantielle» d’Australiens, argumente Harold Holt le 19 septembre 1963, cité dans tous les journaux, ici dans The Canberra Times. «Dollar» et «cents» seront les seuls noms officiellement spécifiés de la devise décimale.

En chanson

Une grande campagne de sensibilisation est lancée à travers le pays. On appelle les Australiens à réviser leur base 10, on les rassure, leur explique tout ce qu’ils doivent savoir sur leur nouveau billet:

Parallèlement, le gouvernement s’attaque au frappage de la monnaie et à sa distribution. C’est le début de l’opération Fastbuck qui s’achève le 3 février 1966 après avoir livré 25 millions de dollars à quelque 6000 banques du pays, soit un total de 600 millions de pièces sans perdre un seul « coin », relève la presse.

Onze jours plus tard, l’âge de la monnaie décimale peut débarquer en grande pompe et en toute sérénité sur l’île-continent. Les habitants font la file, dans le calme, pour découvrir leurs nouveaux sésames et chacun rentre chez lui avec au moins un set, raconte l’histoire (et quelques journaux).

Quelle face pour le côté pile?

Le côté pile des pièces de monnaie est dessiné par un artiste du Victoria, Stuart Delvin, qui insère ses initiales au dessin.

The Australian Women’s Weekly, 9 septembre 1964

Sur la pièce de dix cents, celles-ci se trouvent entre les griffes de l’oiseau-lyre.

Le  volatil sculpté par Stuart Delvin est encore aujourd’hui frappé sur les pièces de dix cents, tout comme son échidné sur celles de 5 cents. Son ornithorynque orne encore et toujours les pièces de 20 cents; ses armoiries de l’Australie celles de 50 cents, et ses cinq kangourous les pièces de 1 dollar.

En ce fameux 14 février 1966, l’Australie, armée de ses dollars tout beaux, tout neufs, semble s’être détachée un peu plus du Royaume-Uni. Mais on oublie parfois d’ajouter que les « faces » de toutes ses pièces représentent sa majesté la Reine Elizabeth II – cheffe de l’Etat australien – et que les premières pièces de 10 et de 20 cents ont été frappées à la Royal Mint de… Londres!

PS: Ah et si jamais, Pierre aura juste assez pour acheter ses pommes de terre vu que le total est de 15 shillings et 8 pences.

Pour briller en société:
    • Le « Royal Australian Mint », soit l’hôtel des monnaies, a été ouvert à Canberra le 22 février 1965. Depuis il a produit plus de 15 milliards de pièces.
    • Les pièces de 1 et 2 cents, également dessinées par Stuart Delvin, ont été retirées de la circulation en 1992. Leur production était plus coûteuses que leur valeur effective.
    • La pièce de 2 dollars qui représente un Aborigène est entrée en circulation en 1988 seulement. Elle est étrangement plus petite que la pièce de 1 dollar.
    • La pièce de 50 cents, démesurément grande, était ronde jusqu’en 1969. Sa composition a été repensée lorsque l’argent a pris de la valeur et que la quantité d’argent nécessaire à une pièce était plus importante que la valeur de la pièce. Sa forme a été changée dans la foulée et comprend 12 côtés.
    • Sa majesté – la Reine Elizabeth II depuis 1953 – doit obligatoirement figurer sur la face des pièces de monnaie australienne, selon une loi de 1965. Jusqu’à aujourd’hui cinq différents portraits de cette dernière ont été utilisés. Tous les portraits regardent vers la droite. Cette mise en scène suit une convention instaurée avec Charles II (1660-1685), qui veut que chaque monarque regarde dans la direction opposée de celle de son prédécesseur.
    • Outre les pièces traditionnelles, de nombreuses autres « spéciales » sont produites, par exemple à l’effigie des jeux du Commonwealth, des mariages princiers (Diana et Charles; Kate et William), du centenaire de l’ANZAC day…
Sources: Pour perfectionner sa compréhension des bases douze c’est ici. Les informations sur la monnaie canadienne se trouvent . Celles sur la monnaie australienne, . Pour connaître les différentes sortes de monnaies utilisées avant l’avènement du dollar australien, ici ou ici.
Images: Les légendes indiquent les provenances des images insérées dans le texte. Si rien n’est indiqué, je suis l’auteure de la photo.
9 J'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.