Arrêt sur article #3: L’Histoire se cache dans les voix oubliées

The Guardian Australia a publié il y a quelques jours un article superbement documenté qui éclaire en détails une partie importante et sombre de l’Histoire australienne: les massacres des communautés aborigènes.

Qui, quand, quoi, comment et pourquoi: le journal indépendant en ligne explique avoir voulu rassembler « toutes les informations nécessaires pour proposer une narration vraie » de l’Histoire de l’île-continent ainsi que “son coût humain”.

Dans ce premier état des lieux, nous avons constaté qu’il y a eu au moins 270 confrontations mortelles en 140 ans, perpétrées dans le cadre d’une tentative approuvée et organisée par l’État pour éradiquer les peuples aborigènes.

« The Killing Times: the massacres of Aboriginal people Australia must confront » in The Guardian Australia

Dans le détail, on distingue plusieurs phases à mesure que l’Etat australien se construit. Ainsi, les premières attaques sont menées dès la fin du XVIIIe siècle en Nouvelle-Galles du Sud et en Tasmanie, soit dans les premiers états fondés par les Britanniques. Au fil des années et de l’expansion coloniale, les massacres se déplacent et s’amplifient afin d’asseoir la domination des nouveaux venus. Et ce jusqu’à la moitié du XXe siècle.

Work in progress

Le travail cartographique qui s’appuie sur et complète des recherches menées par l’Université de Newcastle est toujours en cours. Voici quelques-unes des conclusions de ce dossier spécial (1):

  • Les forces gouvernementales étaient engagées activement dans les luttes de territoires entre colons et communautés aborigènes au moins jusqu’à la fin des années 1920.
  • Ces attaques ont été toujours plus mortelles pour les premiers habitants du continent et le nombre moyen de morts lors de chaque confrontation n’a cessé d’augmenter. En revanche les décès dans les rangs des colons se sont arrêtés au début des années 1900. Avec une exception en 1928.  
  • Les colons affirment le plus souvent attaquer en représailles de meurtres de civils. Mais au moins 51 (sur 270) massacres ont eu lieu en réponse à l’extermination ou au vol de bétail ou de biens. Nombre d’entre eux ont été commis par simple opportunité.
  • De toutes les attaques recensées sur cette carte, une seule a donné lieu à une condamnation des colons coupables – soit celle de Myall Creek en 1838.

(1) Les points énumérés ont été traduits librement de la version originale en anglais.

Sources: « The Killing Times: the massacres of Aboriginal people Australia must confront » in The Guardian Australia.
Image: Portion d’un graffiti découvert sur une boîte électrique de Hobart en Tasmanie
.

Les autres arrêts sur images: #1 Le poids des mots dans la notion d’identité;
#2 Femmes de l’ombre. D’autres articles qui pourraient vous intéresser: Une poignée de terre rouge; Sweet Country; Lorsque les corps racontent l’Histoire.

4 J'aime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.